Tempus fugit…

Mis en ligne le 13 juillet 2016 dans Blog, Concert | 0 commentaires

« Tempus fugit… » est une création entrelaçant Josquin Desprez, Monteverdi, Bourbon, Agrippa d’Aubigné, Proust, Baudelaire, Tasso, Ronsard…. 

St Antoine l’abbaye, 9 juillet 2016

 Tempus  fugit…

Un instant d’éternité autour des messes Ave maris stella et D’ung aultre amer de Josquin Desprez,

avec Claudio Monteverdi et Maurice Bourbon

Agrippa d’Aubigné, Marcel Proust, Charles Baudelaire, Torquato Tasso, Pierre de Ronsard

création mondiale

pour l’espace et l’acoustique de l’abbatiale de St Antoine

par Maurice Bourbon

 

Prologus* (Maurice Bourbon – Agrippa d’Aubigné)

Messe Ave maris stella (Josquin Desprez)

  • Kyrie
  • Gloria
  • Credo
  • Sanctus
  • Agnus Dei

Tempus primus*  (Maurice Bourbon – Marcel Proust – Charles Baudelaire )

E questa vita un lampo (Claudio Monteverdi)

Morte di Clorinda* (Maurice Bourbon – Torquato Tasso)

Messe D’ung aultre amer (Josquin Desprez)

  • Kyrie
  • Gloria
  • Credo
  • Sanctus

Tempus secundus* (Maurice Bourbon – Pierre de Ronsard)

Messe D’ung aultre amer (Josquin Desprez)

  • Agnus Dei

* créations

Ensembles Métamorphoses et Biscantor !, direction Maurice Bourbon

E questa vita un lampo…. Cette vie est un éclair… A peine apparue, déjà disparue…

Minuscule…

Minuscule, et pourtant suffisante aux génies pour créer l’immensité de leur œuvre.

L’un invente, à l’aube de la révolution industrielle,  la grande symphonie, un autre transcende l’art de la fugue, un troisième relie la Renaissance au Baroque. Et Josquin Desprez étincelle au firmament du style franco-flamand et de la Renaissance.

Tempus fugit… rend hommage à ce dernier, dans un haut-lieu architectural qu’il aurait pu connaître alors fraîchement achevé en 1465, lorsque, jeune chantre,  il cheminait vers Milan pour y débuter sa longue et prodigieuse carrière italienne.

Agrippa d’Aubigné introduit la messe Ave maris stella. Tempus primus, double contrepoint musical et littéraire (Bourbon-Proust-Baudelaire), mène au madrigal spirituel E questa vita un lampo (Monteverdi) et à la Morte di Clorinda (Bourbon – Tasso), épilogue du Combattimento di Tancredi e Clorinda, pour lequel Maurice Bourbon remercie Monteverdi de lui avoir laissé la dernière strophe du poème ! Tempus secundus (Bourbon-Ronsard) s’intercale enfin entre Sanctus et Agnus Dei de la D’ung aultre amer.

Hommage à Josquin, génial géomètre et sculpteur de la musique, incarnation musicale du gothique flamboyant.

Hommage aux magnifiques architectes et bâtisseurs inconnus de St Antoine, par une appropriation fugace des espaces et de l’exceptionnelle acoustique, à la fois longue et précise, de l’abbatiale.

Hommage à ces bâtisseurs…. d’éternité ! 

 Les interprètes

Maurice Bourbon

Après une première carrière scientifique (Ecole Nationale Supérieure des Mines de Paris, CNRS), Maurice Bourbon, chanteur, chef de chœur, compositeur, éditeur, fonde Métamorphoses en 1983, la Chapelle des Flandres en 1994, Biscantor ! en 2005.

Métamorphoses

Noémie Capron, soprano – Alain Gahima, contre-ténor – Maurice Bourbon, baryton – Philippe Roche, basse.

 Avec Métamorphoses,   Maurice Bourbon    se   dote  d’un  outil  forgé  pour l’interprétation des chefs-d’œuvre  du répertoire a cappella. Constitué de 4 à 12 chanteurs, l’Ensemble interprète des compositeurs soit illustres (Gesualdo,  Monteverdi,  Bach)  soit  moins  connus  (Antoine de Bertrand).   L’analyse rigoureuse   des  rouages  de la musique, la rigueur vocale  et  le lyrisme  de ses  chanteurs  lui permettent d’en restituer à la fois les géométries les plus complexes et une flamboyante harmonie.

Après  les motets  de Bach  a cappella, seule  interprétation discographique  du genre,  Métamorphoses trouve son terrain de  prédilection avec les  messes  de Josquin  Desprez, dont il entreprend l’intégrale en 2006 (en cours).

Métamorphoses a bénéficié du support de la Fondation Telecom de 1995 à 1998, a donné 200 concerts et réalisé 22 enregistrements. Ces derniers constituent son activité principale à ce jour.

Biscantor !

Caroline Rostaing, soprano – Clément Debieuvre, haute-contre – Maxime Duché, Emmanuel Hasler, ténors.

 Biscantor,  « qui a deux voix »…. Le mot évoque les éblouissants chanteurs virtuoses franco-flamands, professionnels, souvent compositeurs eux-mêmes et rompus à toutes les difficultés de la polyphonie vocale, qui utilisaient, dans les chapelles ducales ou papales, leurs deux voix, de tête et de poitrine. La barre est donc très haut placée pour les tout jeunes chanteurs solistes de l’ensemble !

Biscantor ! a déjà collaboré avec Métamorphoses dans ses 5 derniers enregistrements (Josquin, Bourbon).

Métamorphoses et Biscantor ! sont gérés par La Chapelle des Flandres, pôle d’art vocal Nord-Pas de Calais.

Association 1901 fondée en 1994 par son directeur artistique Maurice Bourbon, sise à Roubaix depuis 1999, la Chapelle des Flandres œuvre, avec ses trois ensembles vocaux, Métamorphoses, Biscantor !, Coeli et Terra, pour la découverte de répertoires originaux et la mise en pleine lumière du grand patrimoine oublié.

En 2011, François Grenier, jeune chef de choeur et continuiste, rejoint Maurice Bourbon à la direction artistique.

 

 

 

 

 

 

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *